Roumanie, le 27 novembre 2018

BNP Paribas Leasing Solutions poursuit son développement international et renforce sa présence en Roumanie avec l’acquisition d’IKB Leasing. Déjà annoncée le 11 juin, l’acquisition a été finalisée le 27 novembre à Bucarest, en Roumanie.

BNP Paribas Leasing Solutions, l’un des leaders européens du leasing en Europe, offre des solutions de financement pour les équipements professionnels en Roumanie depuis 2008, avec une équipe de 45 collaborateurs.

L’acquisition d’IKB Leasing Romanie vient ainsi renforcer l’expertise locale de BNP Paribas Leasing Solutions afin de mieux servir ses clients et partenaires dans le pays avec deux objectifs : accélérer le développement du marché agricole et se diversifier sur d’autres marchés.

«Cette nouvelle acquisition nous permet de renforcer nos équipes d’experts en Roumanie pour accompagner encore plus de clients et de partenaires sur ce territoire où les solutions de financement type leasing sont en demande croissante. En effet, le marché du leasing en Roumanie a enregistré une croissance annuelle de +10% en 2017, avec un financement de près de 2 milliards d’euros d’actifs », a déclaré Charlotte Dennery, CEO de BNP Paribas Leasing Solutions.Pionnier de l’économie de l’usage, BNP Paribas Leasing Solutions poursuivra également son ambition d’accompagner les entreprises en Roumanie et de les aider à passer du modèle de la propriété à celui de la location.

Les clients et partenaires actuels d’IKB Leasing Romanie et de BNP Paribas Leasing Solutions Roumanie pourront ainsi s’appuyer sur l’expertise d’une équipe de 75 collaborateurs dirigée par Lionel Piquer, CEO de BNP Paribas Leasing Solutions en Roumanie

 

À propos de BNP Paribas Leasing Solutions

Leader européen du financement d’équipements professionnels, BNP Paribas Leasing Solutions accompagne le développement de ses clients et partenaires industriels en leur proposant des solutions de location et de financement pour leurs équipements professionnels.

Au cœur de l’économie de l’usage, BNP Paribas Leasing Solutions apporte aux entreprises la flexibilité dont elles ont besoin pour rester compétitives et se développer de manière durable.

En 2017, BNP Paribas Leasing Solutions a financé 320 000 projets pour un volume total de 12 milliards d’euros. Ses 3 200 collaborateurs accompagnent la croissance de ses clients et partenaires dans 18 pays, en Europe mais aussi en Chine, aux Etats-Unis et au Canada.

 

Plus d’informations sur leasingsolutions.bnpparibas.com

Suivez-nous sur Twitter, Linkedin et YouTube

Contacts presse 

Elodie ANTOINE –+33 (0)1 41 97 11 97 – elodie.antoine@bnpparibas.com

Jérôme GOAER – +33 (0)6 61 61 79 34j.goaer@verbatee.com

Aline BESSELIEVRE – 06 61 85 10 05 – a.besselievre@verbatee.com

Ce 15 Novembre, BNP Paribas Leasing Solutions a reçu le prix de l’innovation digitale lors de la 14ème édition des « Leasing Life Conference & Awards » qui se tenait à Tallin, en Estonie.

Décerné par Leasing Life, principal magazine dédié au leasing en Europe, les « Leasing Life Awards » récompensent chaque année les plus grandes réalisations de l’industrie européenne du financement d’actifs ; ils rassemblent ainsi les acteurs clés du marché des services financiers.

Le prix de l’Innovation digitale a été remis à Pascal Layan, Directeur Général Adjoint et Directeur des International Business Lines, qui représentait BNP Paribas Leasing Solutions. C’est grâce aux projets Kintessia et Stretch Your Business que la récompense a été accordée à Leasing Solutions.

Ce prix a dû « impressioner le jury avec son expertise technologique et son aspect novateur ». Le recevoir est une vraie fierté et la confirmation de l’importance accordée à l’innovation au sein de l’entreprise.

Découvrez le programme Stretch Your Business et notre projet d’interprenariat Kintessia qui est aujourd’hui une marketplace.

De gauche à droite: Andrew Denton (CEO, Alfa), Brian Cantwell (Editor, Leasing Life), Pascal Layan (Directeur des lignes de métier internationales et membre du Comité de Direction Générale, BNP Paribas Leasing Solutions), Lindsay Town (Chief Executive, IAA-Advisory)

De gauche à droite : Raf Ramaekers (Directeur de la ligne de métier internationale Technology Solutions), Pascal Layan (Directeur des lignes de métier internationales et membre du Comité de Direction Générale) et Pierre-Henri de la Marandais (Responsable Communication et RSE)

Rapport publié par l’Association française des entreprises privées (AFEP)

Octobre 2018

Le Groupe BNP Paribas a pris 4 engagements majeurs pour intégrer l’économie circulaire dans chaque aspect de sa stratégie de développement : de la conception des solutions de financement plus durables aux initiatives pour réduire ses impacts environnementaux. Ces engagements ont été présentés lors d’un colloque organisé par les différents acteurs de l’économie circulaire en partenariat avec le Ministère de la transition écologique et solidaire.

Pour financer ses logiciels – de messagerie, de comptabilité ou encore de relation client – votre entreprise a la possibilité de les louer. Une alternative à l’achat, qui présente notamment pour avantage d’évacuer les tâches d’installation, de maintenance et de mise à jour. Explications.

1. Informatique : la location ne se limite pas au hardware

Qu’elle soit spécialisée dans l’informatique ou non, votre entreprise doit disposer d’ordinateurs performants et modernes. Pour cela, vous pouvez vous tourner vers l’achat ou la location de matériel hardware – cette dernière option vous permettant de renouveler régulièrement ces équipements, et donc de rester en phase avec les nouvelles avancées technologiques.

Mais le matériel « physique » n’est pas le seul à prendre en considération : le software, c’est-à-dire les logiciels, doit l’être également. Or, pour le financer, l’option locative existe aussi.
Il s’agit de louer auprès d’un prestataire (il peut s’agir d’un fournisseur d’accès à internet ou d’un spécialiste) un logiciel pour une durée prédéfinie. Le logiciel est installé et hébergé chez le prestataire, et votre entreprise y a accès via internet moyennant un droit d’accès, se traduisant par le paiement d’un loyer (généralement mensuel). On parle de « logiciel en tant que service » ou « software as a service » – le logiciel n’est pas installé sur la machine de l’utilisateur, mais ce dernier y a accès en mode cloud. C’est l’usage du logiciel qui est vendu.

Les logiciels professionnels ainsi loués peuvent être, par exemple, des logiciels de relation client (CRM), de messagerie ou de comptabilité.

2. Location de logiciels professionnels : les avantages pour les utilisateurs...

Acheter vos logiciels professionnels permet à votre entreprise d’en disposer de manière permanente, y compris en cas de coupure de ligne internet. Avec la location, en revanche, vous êtes tributaire de votre connexion internet pour utiliser vos logiciels.

Pour autant, l’option locative présente un grand nombre d’avantages sur l’achat. Avant tout – et c’est un avantage général de la location – elle évite à votre entreprise un investissement initial coûteux, en lissant les frais sur la durée du contrat. L’installation d’un logiciel CRM sur une dizaine de postes, par exemple, peut s’élever à 15 000 euros… De plus, le fait que le loyer à payer soit régulier et d’un montant invariable offre une parfaite visibilité en termes de trésorerie, facilitant la gestion des dépenses de l’entreprise.

Autre avantage général de la location, qui s’applique aux logiciels : elle est un rempart contre l’obsolescence, en offrant l’opportunité de disposer, toujours, d’un logiciel nouvelle version.

La location de logiciels professionnels revêt en outre des avantages spécifiques. Elle offre une facilité d’utilisation considérablement plus grande qu’avec l’achat, ainsi qu’un gain de temps : en effet, vous n’avez pas à installer les logiciels ni à les administrer en interne (installation des mises à jour, maintenance…), ceux-ci étant hébergés chez le prestataire. Ce qui est particulièrement utile si vous ne disposez pas d’employés spécialisés. De plus, donner accès au logiciel à un nouveau salarié se fait rapidement en cas de location, aucune nouvelle installation n’étant requise. Le « software as a service » permet enfin d’adapter exactement le nombre de licences au nombre de collaborateurs, avec la possibilité de réduire ou d’augmenter ce nombre en cas de changement d’effectifs, et de transmettre une licence d’un utilisateur à un autre en toute fluidité.

3. … et pour les éditeurs et distributeurs

Du côté des éditeurs de logiciels aussi, l’option locative présente des avantages : ceux-ci ont une meilleure visibilité sur les usages des entreprises en termes de logiciels, puisque ces dernières louent exactement ce dont elles ont besoin, et rien d’autre, pour le temps qui leur est nécessaire. Les éditeurs adaptent donc plus aisément leurs produits aux attentes des utilisateurs, réduisant ainsi le « shelfware » – de l’anglais shelf (étagère) et software (logiciel), soit le fait pour une entreprise de laisser un logiciel prendre la poussière sur une étagère…

Pour les distributeurs de logiciels, enfin, l’option locative a ceci d’intéressant qu’elle permet d’entretenir une relation suivie avec les clients, et leur assurent des revenus prévisibles, lissés sur le long terme.

Le matériel télécom (standard téléphonique, téléphones fixes, flotte mobile…) est indispensable au fonctionnement d’une entreprise, quelle que soit sa taille. Pour ce type d’équipements comme pour d’autres, se pose la question : est-il plus pertinent de l’acheter ou de le louer ?

Voici les avantages que revêt cette dernière option, au vu notamment des spécificités des produits de télécommunication.

1.  Limiter l’investissement initial

C’est un avantage global de la location : en louant votre matériel, vous limitez considérablement votre investissement initial. L’achat de l’ensemble des produits de télécommunication dont votre entreprise a besoin représente un coût conséquent, qu’il peut vous être difficile d’assumer. Les frais d’acquisition d’un standard téléphonique, par exemple, s’élèvent à plusieurs milliers d’euros. Si vous épuisez vos ressources financières pour acheter votre matériel télécom, vous risquez d’être pris au dépourvu lorsque des coûts de maintenance ou de remplacement viendront s’ajouter à la facture initiale.

2.Maîtriser votre budget

Outre un investissement initial limité, la location vous permet de maîtriser en toute sérénité vos dépenses en matériel télécom. En effet, louer implique de payer une échéance mensuelle fixe. De plus, votre contrat de location inclut toutes les prestations auxquelles vous avez souscrit (assurance, maintenance…).
Dans le cas d’une offre de location avec gestion de parc, vous bénéficiez d’une prestation globale tout compris qui inclue le financement et la gestion des équipements. En d’autres termes, avec la location, vous savez exactement combien vous coûte chaque mois l’ensemble de votre parc télécom ; pas de mauvaise surprise possible pour votre budget.

3. Se garantir d’un matériel moderne

Les équipements télécom ne sont pas épargnés par l’obsolescence. Les téléphones portables sont tout particulièrement concernés : si les utilisateurs en changent en moyenne tous les 2-3 ans, cela s’explique par le souhait de bénéficier des performances et capacités de stockage accrues des nouveaux modèles, mais aussi, parfois, par la simple nécessité de remplacer son appareil usé.
Grâce à la location, vous pouvez renouveler votre parc télécom à moindres frais, en changeant les produits loués à l’échéance des contrats de location.

4. Participer à la transition énergétique

Avec l’obsolescence des équipements télécom se pose la question de leur recyclage.Adopter la gestion locative, c’est s’assurer de participer à la transition énergétique puisque votre distributeur pourra se charger, à la fin de votre contrat de location, de trouver une seconde vie à vos équipements. Cette démarche permet de passer du reconditionnement d’une partie du matériel à son recyclage complet.

5. Faire face aux changements imposés par la réglementation

Enfin, une entreprise peut avoir à changer son matériel télécom en raison de changements de réglementations ou de décisions gouvernementales, rendant la location d’autant plus pertinente. Exemple : les autorités ont décidé d’arrêter l’exploitation du traditionnel réseau téléphonique cuivre, à l’horizon 2020. Résultat : les entreprises utilisant un standard téléphonique interne PABX, qui exploite ce canal de communication historique, devront le remplacer par un standard IPBX (utilisant le même réseau qu’Internet et les technologies de voix IP), le transformer en autocommutateur de ce type, ou encore externaliser leur téléphonie sur des serveurs informatiques (Centrex IP).

Suite au départ en retraite de Carlo Thill, Geoffroy Bazin est nommé Président du Conseil d’administration de BNP Paribas Lease Group SA en France et de BNP Paribas Leasing Solutions SA au Luxembourg à compter du 1er juillet 2018.

Lors de ses réunions du 28 juin 2018, les deux Conseils d’administration de BNP Paribas Leasing Solutions SA et de BNP Paribas Lease Group SA ont nommé Geoffroy Bazin comme Président du Conseil d’administration, sous réserve de l’approbation des autorités de contrôle prudentiel.

Il succède à Carlo Thill qui a fait valoir ses droits à la retraite avec effet au 1er juillet 2018.

Geoffroy Bazin a débuté chez BNP Paribas à Paris en 1988 au sein de l’organisation des activités de marché avant d’intégrer l’Inspection Générale en 1993. De 1997 à 1999, il a été co-responsable des Back Offices de Marchés avant de devenir, en 2000, responsable des Back Offices Produits Dérivés Paris/Londres. Entre 2003 et 2010, il a été Directeur général de BNP Paribas Securities Services à Luxembourg. En 2011, il devient Chief Operating Officer et membre du Comité exécutif du pôle Investment Solutions. Depuis 2014, il est responsable Pays du Groupe BNP Paribas en Suisse et CEO de BNP Paribas (Suisse) S.A.. A compter du 1er juillet 2018 il est nommé responsable Pays du Groupe BNP Paribas au Luxembourg.

Carlo Thill a rejoint la banque BGL en 1978 et y a passé les premières années au sein des départements du Leasing, du Factoring et des Crédits. Par la suite, il a successivement été en charge des départements Domestic Credits, Risk Management, Marketing, Retail Banking, Commercial and Retail Banking, Human Resources et Corporate & IT Planning avant d’intégrer, en 1998, le Comité de direction qu’il préside depuis 2005. En 2013, il s’est vu confier la responsabilité Pays du Groupe BNP Paribas au Luxembourg.

Début 2018, nous avons financé deux installations de cogénération qui permettent une production d’énergie plus efficace et plus respectueuse de l’environnement en valorisant des énergies habituellement rejetées dans l’environnement.

L’interview de Philippe Bricault, Responsable de l’International Business Line Bank Leasing Services,  spécialisée dans les solutions de leasing au service des clients professionnels des réseaux bancaires du groupe  BNP Paribas, suivie de deux cas concrets en France et en Turquie :

Qu'est-ce que la cogénération ?

La cogénération consiste à produire simultanément de l’électricité et de la chaleur au sein d’une même installation. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un système qui fonctionne au gaz naturel issu du sous-sol. Le combustible sert à produire de l’énergie électrique par exemple et la chaleur produite par la génération d’électricité est récupérée et revalorisée en énergie thermique. C’est une solution énergétique particulièrement performante.

En quoi les systèmes de cogénération favorisent-ils la transition énergétique ?

Pour deux raisons principales : tout d’abord, en produisant simultanément de la chaleur et de l’électricité, les systèmes de cogénération permettent de réduire les émissions des CO2 par rapport à un système classique qui produit séparément les deux énergies.

De plus, l’énergie thermique produite par les équipements électriques est habituellement considérée comme un déchet et est directement rejetée dans l’environnement. Avec un cogénérateur, cette chaleur n’est plus « perdue » mais est valorisée en énergie thermique. Cette énergie peut être utilisée pour chauffer des bâtiments ou des serres par exemple.

C’est donc plus économique et écologique que des installations classiques ?

Totalement ! La cogénération permet de réaliser des économies d’énergie sur les factures de chauffage allant de 30% à 50%. Ce sont des installations très performantes. C’est donc doublement intéressant pour les entreprises qui peuvent à la fois faire des économies significatives, tout en favorisant la transition énergétique.

Cas concrets

Qui ? Fabricant de textile, Günöz Tekstil, Turquie.

Quelle installation ? Production simultanée d’énergie électrique et d’énergie thermique

Bénéfice client : L’installation couvrira 60% des besoins en électricité de l’entreprise et lui permettra de supprimer complètement l’utilisation de charbon dans sa production énergétique. Le chauffage de l’eau pour la teinture du textile ne consommera plus d’électricité, mais sera effectuée grâce à un sous-produit de l’énergie thermique. Au final, l’entreprise verra ses coûts énergétiques réduits de 50%.

Cette installation de cogénération représentait un investissement important mais qui était essentiel à l’entreprise : pour nous permettre d’agir en faveur de la transition  énergétique tout en réalisant des économies d’énergie significatives. Grâce aux solutions de financement de BNP Paribas Leasing Solutions, nous avons pû mettre en place un tel système.
Günöz Tekstil

Qui ?  Entreprise belge agroalimentaire pour son installation en France dans la région des Hauts de France.

Quelle installation ? Production simultanée d’énergie électrique et d’énergie thermique

Bénéfice client : L’énergie électrique pourra être,  soit autoconsommée, soit revendue aux réseaux de distribution. L’énergie thermique, habituellement rejetée, alimentera le client en chauffage et eau chaude, et permettra de chauffer les 10 hectares de serres. Le CO2 dégagé par le moteur favorisera la photosynthèse des plantes.

BNP Paribas Leasing Solutions a reçu le prix du «Fournisseur de Solutions Financières de l’année» lors de la cérémonie annuelle des «European IT & Software Excellence Awards» qui s’est tenue le 19 avril 2018 à Londres.

La 10ème édition des European IT & Software Excellence Awards 2018 s’est tenue le 19 avril à Londres. Cette cérémonie fait partie des principaux événements paneuropéens pour les revendeurs, les fournisseurs de software indépendants, les fournisseurs de solutions et les intégrateurs de systèmes et leurs partenaires fournisseurs et distributeurs. 

Pour la 6e année consécutive, BNP Paribas Leasing Solutions a reçu le prix du «fournisseur de solutions financières de l’année» face à son concurrent, le groupe DLL.

Les juges, qui totalisent ensemble plusieurs décennies d’expérience dans l’industrie, ont étudié plusieurs centaines de dossiers provenant de 29 pays en Europe. Ils ont ensuite établi une liste de gagnants qui, selon eux, « reflètent à la fois la force de l’industrie IT en Europe et les nombreux changements qui s’y produisent » (IT Europa).

Les équipes de BNP Paribas Leasing Solutions à la cérémonie de remise des prix

De gauche à droite : Graham Drew (ITC Programme Manager / BNP Paribas Leasing Solutions UK), Angela Ferreira (Chargée de marketing digital / BNP Paribas Leasing Solutions UK), Martin Ardern (Directeur des ventes ITC / BNP Paribas Leasing Solutions UK), Emre Tor (Global Account Manager Technology Solutions / BNP Paribas Leasing Solutions Corporate), Pascale Favre (Responsable du Marché ITC / BNP Paribas Leasing Solutions Corporate), Andrew Carver (Responsable du Développement Commercial ITC / BNP Paribas Leasing Solutions UK), Matt Dredger (Responsable du Développement Commercial ITC / BNP Paribas Leasing Solutions UK). Bernard Sailakis (Responsable du Développement Commercial ITC / BNP Paribas Leasing Solutions UK).

En savoir plus

« BNP Paribas Leasing Solutions est plus qu’un tiers financeur : c’est un partenaire privilégié. »

Hugues-Galambrun-Secib

Créé en 1989, Secib est une entreprise spécialisée dans l’édition de logiciels et de systèmes d’information pour les professions juridiques.

Implantée en France et en Belgique, ce partenaire historique de BNP Paribas Leasing Solutions a pour vocation d’améliorer durablement la performance des cabinets d’avocats grâce à des solutions informatiques innovantes et performantes.

Hugues Galambrun, son Président Directeur Général, a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

Lorsque vous avez-fait appel à BNP Paribas Leasing Solutions, quels étaient vos besoins ?

Nous sommes éditeurs de logiciels et, actuellement, notre modèle économique bascule d’un mode « licence » à un mode « service » appelé le Saas*. Ce type d’offres a plusieurs avantages non négligeables : maintenance et mises à jour automatiques, possibilité d’utiliser le logiciel avec une simple connexion Internet, réduction du budget car le paiement est calculé en fonction de l’utilisation. C’est donc une solution que nous nous devions de proposer à nos clients.

Néanmoins, il faut savoir que le passage d’un modèle économique à un autre est complexe. La location est clairement une manière de développer notre entreprise. En se lançant dans la location sans partenaire financier, Secib n’aurait pas eu la possibilité d’avoir des revenus immédiats et sécurisés.

En conséquence, il nous fallait un partenaire financier qui ait une connaissance du monde de la location et qui sache appréhender nos enjeux en termes de trésorerie. L’aspect juridique était également un enjeu de taille qui nécessitait un accompagnement.

Dans quelle mesure la proposition faite par BNP Paribas Leasing Solutions a-t-elle répondu à ces besoins ?

Nous sommes arrivés à construire une vraie solution personnalisée et un contrat juridiquement adapté à l’activité de mon entreprise.

Grâce à cette proposition, nous pouvons maintenant dégager des revenus immédiatement, et surtout basculer d’un modèle de licence à un modèle de service sans prendre de risques pour l’entreprise. Concernant mes clients, ils ont désormais une solution accessible à distance, flexible et économique.

Quels sont pour vous les bénéfices du partenariat Secib / BNP Paribas Leasing Solutions ?

Pour moi, BNP Paribas Leasing Solutions est plus qu’un tiers financeur : c’est un partenaire business privilégié qui apporte conseil et expertise. Les collaborateurs de BNP Paribas Leasing Solutions ont été à nos côtés dans chacune des étapes de la construction de l’offre. Grâce à eux, nous trouvons toujours des solutions pour proposer des offres, à la fois attractives pour nos clients, et intéressantes pour nous.

La très grande majorité de nos clients (95%) a d’ailleurs basculé sur le modèle SaaS sans difficulté : ils sont globalement très satisfaits de cette solution qui leur permet de travailler avec une plus grande souplesse.

 

*Saas (Software as a service) : Logiciel en tant que service. Le mode Saas permet d’utiliser un logiciel sans l’installer sur son ordinateur : le Cloud l’héberge.

À l’ère du numérique, la technologie transforme la manière dont on opère à toutes les étapes de la chaîne logistique. Elle est le moteur d’une économie partagée qui privilégie l’accès par rapport à la propriété. Cette tendance se retrouve chez les consommateurs qui manifestent une nette préférence pour les services par abonnement tandis que les petites et moyennes entreprises du secteur de la haute technologie adoptent des modèles de paiement à l’utilisation afin de pouvoir suivre le rythme du changement et dégager des capitaux pour financer leurs activités de base.

Ce passage de la propriété à l’utilisation s’inscrit dans un mouvement de mutation profond et séculaire, et, dans ce contexte, l’essor du mode SaaS (logiciel en tant que service) redéfinit la façon dont les entreprises et leurs clients se comportent. La technologie est le catalyseur clé d’une révolution qui permet aux fabricants d’offrir à leurs clients les ressources dont ils ont besoin en payant à l’utilisation.

Ce qui se passe au niveau de la société de consommation se retrouve ensuite dans le monde du travail. L’économie du partage est de plus en plus présente sur le marché interentreprises. Les entreprises sont plus enclines à recourir à des services par abonnement qu’elles ne l’étaient il y a quatre ou cinq ans, confie Pascal Layan, Directeur Général Adjoint de BNP Paribas Leasing Solutions.

Les Millennials font déjà appel à des services facturés au mois et, à mesure qu’ils entrent dans le monde du travail et deviennent des décideurs clés, les entreprises dans lesquelles ils travaillent adoptent à leur tour des modèles de location ou par abonnement qui offrent un accès immédiat à des ressources essentielles sans investissement initial.

SERVICES BASÉS SUR LE CLOUD ET SAAS

La multiplication des modèles par abonnement sur le marché B to C se manifeste plus particulièrement dans l’adoption de services managés et basés sur le cloud qui ont bouleversé le marché du matériel informatique traditionnel. L’accélération de l’utilisation des services cloud s’explique par la nécessité de réduire les coûts et de répondre aux exigences croissantes des demandeurs finaux.
Le mode SaaS permet aux utilisateurs de services de souscrire et utiliser des logiciels hébergés sur le cloud. Les modèles fondés sur le principe de l’abonnement s’appliquent aussi au cloud computing ou « infrastructures en tant que service » et aux plateformes d’exploitation ou « plateformes en tant que service ». Grâce à ces modèles, les utilisateurs qui ont besoin de davantage de capacité informatique peuvent en bénéficier rapidement, à tous les échelons, et accéder aux données dont ils ont besoin à partir de n’importe quel appareil. Et grâce aux progrès réalisés en matière de cryptage et de sécurité, les fournisseurs de serveurs peuvent offrir une meilleure protection à leurs clients.

CE QUE CELA SIGNIFIE POUR LES BANQUES, LES START UPS ET LES PME

L’amélioration de la sécurité a contribué dans une large mesure à inciter le secteur des services financiers à s’orienter vers un modèle par abonnement alors que le secteur boudait les services cloud depuis longtemps, continuant au contraire à s’appuyer sur la propriété de ses propres serveurs. Pour les grandes banques, les avantages que procurent les services cloud, comme la capacité d’offrir des produits à l’international et à la demande ou encore de réduire ses coûts pour répondre à des exigences en capital règlementaires plus strictes, ont été contrebalancés par les risques associés aux fuites de données.

Les avantages pour les start-up et les petites et moyennes entreprises sont flagrants puisqu’elles peuvent louer les dernières technologies et donc réduire les obstacles à leur entrée dans la quasi-totalité des secteurs en n’étant pas contraintes par des besoins en fonds de roulement.

Si les modèles de location ou les abonnements étaient autrefois considérés comme des alternatives onéreuses à la propriété de biens, ils ont désormais un rôle crucial à jouer dans un monde où, compte tenu de l’évolution rapide des technologies, les petites et moyennes entreprises n’osent pas investir dans l’achat et la maintenance de leurs propres serveurs.

CE QUE CELA SIGNIFIE POUR LES FABRICANTS

Le passage des clients de la propriété des biens à des modèles basés sur le principe d’abonnement a un impact sur le modèle d’activité des fabricants, qui supportent les coûts de production mais ne bénéficient que de recettes mensuelles. Alors qu’auparavant les entreprises vendaient un bien puis recouvraient la valeur de leur facture dès le premier jour, les entreprises doivent désormais s’assurer d’avoir les moyens financiers d’offrir au client un produit ou un service pendant deux ans et d’être payées par échéances mensuelles ou trimestrielles.
Or, les entreprises ne disposent pas toujours du capital initial nécessaire pour proposer un service par abonnement.

Les solutions de location peuvent contribuer dans une large mesure à aider les fabricants et revendeurs à migrer vers un modèle par abonnement mensuel en apportant des capitaux dès le premier jour au fabricant et à son réseau de distribution, puis en offrant un modèle hybride de type abonnement à l’utilisateur final, souligne Pascal Layan.

Ce modèle hybride est particulièrement adapté aux secteurs de la haute technologie et à des secteurs extrêmement réglementés comme ceux des biotechnologies et des fournitures médicales. Dans le secteur de la radiologie, il est nécessaire de disposer d’équipements parfaitement révisés, qui peuvent être mis à niveau et qui répondent aux réglementations. Cet état de fait favorise donc les solutions de location plutôt que l’achat traditionnel. « Le paiement à l’usage convient au secteur de la santé où les entreprises ont une approche budgétaire », ajoute Pascal Layan.

Confrontés à cette menace en provenance de l’économie partagée, les constructeurs automobiles, fabricants d’équipements ou de musique traditionnels sont contraints de réagir et d’adopter des approches différentes en matière de financement et d’activité. L’automobile fait partie des secteurs qui ont déjà sauté le pas en répondant à une dynamique de marché qui veut que les consommateurs ne soient plus en quête de propriété.