Mobilier, caisse enregistreuse… Tous les équipements de votre commerce peuvent être loués !

Commerçant, vous devez vous procurer de nombreux équipements avant d’ouvrir votre boutique : luminaires, caisse enregistreuse ou encore système de sécurité sont nécessaires pour toutes les enseignes. Si ces achats, accumulés, représentent un coût important, leur location s’avère une option gagnante.

Celle-ci, en effet, recèle de nombreux avantages financiers. Voici quels équipements louer pour votre magasin, et pourquoi.

La caisse enregistreuse : s’adapter à la pression réglementaire

C’est sans aucun doute l’équipement le plus indispensable du commerçant. Or, sa location est non seulement possible, mais fortement encouragée, afin de s’adapter aux évolutions techniques et de se conformer aux changements de réglementation, à moindres frais.

Voici un exemple : depuis le 1er janvier 2018, il est devenu obligatoire pour les commerçants de se doter d’un logiciel de caisse certifié et sécurisé, et donc d’une caisse enregistreuse adaptée. Les professionnels qui avaient choisi l’option locative ont pu se doter d’un appareil adéquat sans bouleverser leur budget, en changeant simplement de modèle en fin de contrat de location.

Le système d’éclairage : consommer moins

La bonne gestion des luminaires et ampoules éclairant votre magasin peut sembler anecdotique : elle impacte pourtant de manière non négligeable le budget de l’entreprise. En effet, le montant de la facture d’électricité sera significativement différent, selon que vous disposez d’équipements d’éclairage anciens ou modernes, ces derniers étant moins énergivores. Ici encore, la location permet de renouveler régulièrement votre matériel, et donc de bénéficier de luminaires et ampoules récents. À cela s’ajoute une forte pression réglementaire, imposant de réguliers remplacements (une interdiction de la vente des ampoules halogènes est ainsi prévue pour l’autonome 2018).

Le système de sécurité : lisser les frais

Portiques de sécurité, système d’alarme, caméras de vidéosurveillance… Les équipements de sécurité sont indispensables pour les commerçants et peuvent s’avérer onéreux. L’option locative vous permet, quel que soit votre budget, de vous procurer ce type de matériel tout en maîtrisant votre budget : avec la location, pas d’investissement initial important, mais un coût lissé sur les mois. Avec, encore une fois, la possibilité de s’adapter aux progrès techniques à chaque nouveau produit loué.

Le mobilier : suivre les tendances

Il peut être nécessaire pour votre commerce de disposer de mobilier – fauteuils, chaises et canapés sur lesquels s’installent vos clients, étagères, présentoirs… En louant ce type de biens, vous vous épargnez d’importants frais d’acquisition, tout en vous laissant la possibilité de rafraîchir régulièrement le style de votre boutique, en tenant compte des dernières tendances.

Les vitrines réfrigérées : réduire la facture énergétique

Vendeur de produits alimentaires et de boissons, vous devez vous équiper de vitrines réfrigérées. La grande distribution est particulièrement concernée puisque des accords passés en juin 2012 avec le gouvernement de l’époque oblige ce secteur à équiper progressivement leur parc frigorifique de meubles réfrigérés fermés, moins gourmands en énergie. Comme pour tous les biens consommant de l’électricité, l’option locative vous garantie de bénéficier, toujours, des produits les plus économes, et donc de faire des économies sur la facture.

Les véhicules : transporter et livrer sa marchandise, promouvoir son commerce

Tenir un commerce nécessite très souvent de s’équiper de véhicules pour assurer les approvisionnements (véhicules utilitaires, réfrigérés, etc.), mais aussi de se positionner sur de nouveaux services. Par exemple les restaurants, qui ont de plus en plus besoin d’assurer des livraisons à domicile avec des scooters, un secteur en plein essor ces dernières années. L’option locative permet ainsi d’envisager d’élargir son activité sans avoir à fournir un apport initial important. Le véhicule utilitaire ou de tourisme est aussi un vecteur de communication pour promouvoir à moindre frais son commerce et développer son image. Personnaliser son véhicule avec son logo et ses coordonnées est un bon moyen de faire connaître son commerce. Le recours à un véhicule peu commun peut également assurer un bon degré de mémorisation.

Les équipements audio : donner vie à son commerce

Dans la liste d’équipements que pourrez aussi vous procurer via l’option locative, pensez à ajouter l’installation audio (enceintes murales, sphériques ou encastrables, haut-parleurs, systèmes d’interphones…). Que ce soit une installation simple pour contribuer à l’ambiance de votre magasin ou restaurant, ou une installation plus complexe pour diffuser des annonces dans des grandes surfaces, la location vous permettra de vous équiper avec du matériel moderne tout en maîtrisant votre budget.

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

: Les hôpitaux, comme bien d'autres établissements publics, se mettent peu à peu au financement par la locatione

Les entreprises privées sont de plus en plus nombreuses à avoir recours à la location pour leurséquipements professionnels – via des structures spécialisées comme des établissements financiers. Elles ne sont pas les seules : les structures du secteur public, elles aussi, adoptent progressivement cette pratique.

Éclaircissements, avec Philippe Jouglard, Responsable Analyse Stratégique et Projets au sein de la Business Unit Technology Solutions de BNP Paribas Leasing Solutions.

 

Les enjeux de la location, comme solution de financement d’équipements, sont-ils les mêmes pour les établissements publics et les collectivités territoriales que pour les entreprises ?

Philippe Jouglard : Oui, c’est grosso modo les mêmes motivations, parce qu’ils ont tous les mêmes soucis en termes d’accès aux nouvelles technologies – quel que soit le type d’équipement – ainsi que les mêmes besoins de maîtrise et de prédictibilité des coûts.

Pour les structures publiques, comme pour les entreprises privées, la location représente la garantie de disposer du bon équipement au bon moment, de ne pas être contraint par la pression réglementaire.

Aujourd’hui, les capacités d’investissement de la sphère publique deviennent extrêmement limitées ; tout le monde connaît les chiffres de l’endettement, la pression fiscale a atteint des maximums… Or, les structures publiques font face à de multiples enjeux de renouvellement de leurs équipements, qui sont dans un certain nombre de cas clairement obsolètes. Par exemple, pour l’éclairage public : aujourd’hui, il fait consensus sur le marché qu’il y a entre 9 et 9,5 millions de points lumineux totalement obsolètes, qui auraient déjà dû être renouvelés. Ce retard s’explique par le fait que les collectivités locales n’ont plus la capacité d’investissement suffisante pour ce faire.

 

La location permet donc aux structures publiques de renouveler régulièrement leur matériel, à moindre coût ?

  1. P.J.: C’est cela. La sphère publique commence donc très clairement à basculer vers le mode locatif. Pour rester sur le même exemple, si vous voulez renouveler vos éclairages publics : soit vous le faites en investissant, mais vous êtes alors embêté puisque vous n’avez plus la capacité de le faire pour d’autres projets ; soit vous passez au mode locatif, et cela est comptabilisé dans votre budget de fonctionnement (et non d’investissement), tout comme la dépense d’électricité. De plus, en changeant vos luminaires, vous réalisez des économies drastiques en matière de consommation énergétique. Les loyers vont consommer une partie de l’économie de la dépense énergétique, générée par ce renouvellement. La collectivité est donc gagnante.

Des approches similaires commencent à apparaître aussi, par exemple, dans le monde hospitalier. Les hôpitaux ont les mêmes contraintes : leurs budgets restent limités alors que les équipements, toujours plus innovants, représentent un coût d’investissement de plus en plus élevé. La location répond à cette problématique et permet l’accès à des équipements de dernière génération. De plus, ces équipements coûtent moins cher en coût d’exploitation que des équipements obsolètes. Au final l’hôpital est gagnant mais aussi les patients qui bénéficient de soins prodigués à l’aide des matériels les plus performants.

Des considérations écologiques peuvent-elles également encourager les structures publiques à opter pour la location ? On l’a vu avec les luminaires, la location permet de réaliser des économies d’énergie, via la modernisation du matériel…

  1. P.J.: En effet, les collectivités locales représentent leurs électeurs, lesquels sont de plus en plus sensibles aux enjeux de climat, de transition énergétique… En outre, la location permet, lorsque les mairies décident en fin de contrat de ne pas conserver leurs équipements, d’être certains qu’ils seront recyclés dans le respect des normes – cela relève alors de la responsabilité du constructeur ou de l’établissement financier.

Les conditions de location sont-elles les mêmes pour les entreprises privées que pour les structures publiques ?

P. J. : Cela revient à peu près au même pour les entreprises privées et les structures publiques. À une réserve près : lorsque l’on signe avec une entreprise privée, c’est notre contrat [celui de l’établissement financier] qui s’applique. Avec une structure publique, c’est le marché public qui fait office de contrat, quand celui-ci est attribué. Il est important, alors, de contrôler, avant la soumission, la compatibilité du marché public avec la solution locative. Un certain nombre d’appels d’offres, en effet, intègrent des demandes ou des clauses qui sont incompatibles avec ce type de financement. Ce qui fait qu’il y a encore beaucoup de marchés publics donnant lieu à un amendement dans le cadre d’un dialogue compétitif, ou bien déclarés infructueux. Il y a parfois encore une méconnaissance, notamment dans les petites entités publiques, du fonctionnement de ce type de nouveaux produits. Mais cela évolue, la sphère publique se « professionnalise ». Les pratiques du public sont en train de s’aligner sur celles du privé.

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

Comment la gestion locative permet-elle de gagner en productivité ?

La location est synonyme de flexibilité pour le client et, pour l’économie, de réduction de l’exploitation des ressources. Mais ce n’est pas tout.

L’adoption de cette pratique, tant pour les fabricants mettant en location leurs produits que pour les professionnels louant leurs équipements, peut en effet être l’occasion d’accroître leur productivité. Démonstration.

Pour les fabricants : mieux cerner les attentes des consommateurs

Le souci croissant des entreprises de réduire leur impact environnemental, ainsi que le goût grandissant des consommateurs pour une utilisation temporaire et ad hoc des produits, contribuent au développement d’une économie dite de l’usage, ou de la fonctionnalité. À savoir : une économie où l’on achète l’usage d’un bien plutôt que le bien lui-même. Cela se traduit concrètement par la substitution de la location à l’achat. 

Pour les fabricants et vendeurs de produits, le développement de la location, ou d’autres pratiques d’économie de l’usage, est une manière de développer un lien régulier et étroit avec le client, et donc de mieux comprendre ses comportements, ses attentes. En sachant comment répondre à ceux-ci, l’entreprise gagne en productivité. C’est en partie dans cette optique que de grandes compagnies comme Ford, General Motors ou Caterpillar ont racheté des plateformes peer-to-peer (plateformes mettant en relation des particuliers souhaitant échanger des biens ou des services).

 

Pour les entreprises ayant recours à la location : limiter les dépenses inutiles… 

Le recours à la location concerne également les entreprises elles-mêmes, qui se voient proposer, comme solution de financement de leur matériel, des alternatives à l’achat. Or, les options locatives peuvent conférer à ces entreprises des gains de productivité.

Par rapport à l’achat, la location offre avant tout une grande souplesse d’utilisation : une entreprise peut louer des équipements pour une période limitée, correspondant à un besoin précis. Ainsi, elle évite de laisser tomber en désuétude des produits qui ne lui servent plus et qui, à l’achat, lui auraient coûté cher. En d’autres termes, l’entreprise gagne en productivité, en dépensant moins pour produire autant.

Un exemple dans le domaine de l’agriculture : les professionnels, tributaires des saisons, ont besoin de flexibilité dans l’utilisation de leurs équipements, qui ne sont pas utiles en permanence. En louant leur matériel pour la seule période nécessaire, ils réduisent ainsi grandement leur ratio dépenses/production.

 

… et bénéficier des technologies les plus récentes

Autre avantage de la location en termes de gains de productivité : elle facilite le renouvellement des équipements, et donc leur adaptation aux nouvelles technologies. À chaque fin de contrat de location, l’entreprise a la possibilité d’opter pour un nouveau produit. Elle peut alors adopter un bien moderne, qu’elle n’a pas forcément les moyens d’acheter. 

Le poids du progrès technologique sur la productivité est tout particulièrement fort dans le domaine informatique, où de nouveaux produits (ordinateurs, logiciels, smartphones…), plus performants, envahissent chaque année le marché.

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

Professionnel du secteur médical, disposer d’un matériel neuf et efficace est essentiel à votre activité. Or, les fauteuils de dentiste, scanners et autres échographes peuvent s’avérer extrêmement coûteux, en particulier s’ils incluent des technologies de pointe.

Pour bénéficier d’équipements modernes et performants sans vous ruiner, étudiez les différentes options de financement qui s’offrent à vous.

Comment financer ses équipements médicaux ?

Voici vos différentes possibilités :

  • L’achat, qui vous permettra d’être définitivement propriétaire de votre matériel, même si cela implique un investissement initial de taille.
  • La location longue durée (LDD), grâce à laquelle vous pourrez disposer comme bon vous semble d’équipements modernes, sans subir de coût brutal : celui-ci est en effet lissé, puisque vous n’avez qu’à payer un loyer mensuel. En fin de contrat de location, vous pourrez soit rendre le produit, soit contracter un nouveau LDD.
  • La location avec option d’achat (LOA) : vous louez un produit et, en fin de contrat, vous avez la possibilité de le rendre ou de le racheter. Pratique, si vous hésitez entre l’achat et la location.

 

Les avantages spécifiques de la location

Outre vous éviter un coût initial considérable, l’option location présente divers avantages sur l’achat, qui méritent d’être considérés :

  • Les coûts (les loyers mensuels) sont prévisibles, de montant égal, ce qui facilite la gestion du budget de votre cabinet médical, clinique ou hôpital.
  • Les frais de maintenance et d’autres services peuvent être inclus dans le contrat de location.
  • L’option locative vous laisse toujours la possibilité de changer d’équipement en fin de contrat, sans que cela ne grève vos finances. Ce qui vous autorise à abandonner un équipement qui ne répond pas à vos attentes ou se trouve obsolète. Ou, encore, à ne louer un produit que pour une certaine période, pour répondre à un besoin spécifique.
Des interventions médicales plus efficaces grâce à des équipements toujours plus modernes.

Accompagner le progrès à moindres frais

Mais le principal intérêt de la location est sans doute celui-ci : la possibilité de renouveler votre matériel médical pour des équipements plus modernes, sans faire exploser vos dépenses. Ce point est essentiel : le secteur médical est soumis à un progrès technique rapide et constant. Voici quelques exemples des innovations marquantes de ce secteur.

L’impression 3D

Le domaine médical s’est rapidement rendu compte des bienfaits qu’il pouvait tirer de cette innovation : les imprimantes 3D sont aujourd’hui utilisées pour concevoir des implants dentaires, des prothèses, des attelles de voies respiratoires, mais aussi des tissus organiques (de la peau imprimée, par exemple). Ces miracles technologiques ont un coût élevé : si les appareils pour particuliers affichent des prix abordables, ceux des imprimantes pour professionnels se chiffrent en milliers d’euros. L’option locative, néanmoins, permet aux cabinets médicaux de s’équiper à moindres frais, puisqu’il leur faut seulement payer un loyer mensuel de location.

L’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle peut aider les professionnels de santé dans leur travail, ou les délester d’une partie de leurs tâches. L’IA se manifeste à travers de logiciels d’aide au diagnostic ou d’assistants virtuels, qui conseillent les patients de maladie chronique au quotidien et alertent le médecin. Encore rares dans le monde médical, ces usages devraient prendre une place toujours plus importante dans les années à venir.

La robotique

Aux Etats-Unis, pas moins d’une opération sur trois sera bientôt réalisée par un robot, selon Les Échos. La pratique de la chirurgie se trouve en effet chamboulée par le développement de la robotique : des robots, dotés de plusieurs bras, peuvent assister les médecins en tenant à leur disposition les différents ustensiles nécessaires dans le bloc opératoire. Commandée à distance, une machine peut également remplacer les mains d’un chirurgien, sans souffrir de tremblement ni de fatigue, tout en bénéficiant d’une plus grande flexibilité.

Pour autant, les praticiens seront toujours essentiels dans les blocs opératoires : ces outils leur permettent de préparer les interventions, les simuler et assurer leurs gestes mais ils n’ont aucune vocation à les remplacer.

La réalité virtuelle et la réalité augmentée

Très pratique pour l’enseignement et l’apprentissage de la médecine, en permettant une immersion virtuelle dans des cas pratiques, la réalité virtuelle et la réalité augmentée servent également aux soignants. Ceux-ci peuvent utiliser, via un écran 3D ou un casque de réalité virtuelle, des logiciels de navigation au sein d’images tridimensionnelles délivrées par les équipements d’imagerie médicale. Une façon de manipuler avec plus d’aisance des données extrêmement complexes, afin de réaliser un diagnostic ou préparer une opération.

L’Internet des objets

L’Internet des objets ou Internet of Things (IoT), renvoie à l’extension du réseau Internet à des objets du monde physique – en d’autres termes, à des objets connectés. Si à ce jour ce système ne s’applique pas vraiment au monde médical, cela risque de changer à l’avenir. Les développeurs de technologie sanitaire s’intéressent, en effet, à la connexion d’équipements médicaux aux bases de données des hôpitaux et aux logiciels d’accompagnements des patients, en vue d’améliorer les soins. Conséquence : les professionnels pourraient avoir à renouveler leur matériel médical, pour adopter des appareils connectés. Dans ce cas encore, le leasing peut favoriser une transition en douceur, sur le plan financier, pour les professionnels.

Autant de progrès techniques qui font évoluer sans cesse le matériel médical. Si vous comptez accompagner ces évolutions, il vous faudra donc être prêt à changer régulièrement d’équipements. Dans cette optique, la location s’avérera, de toute évidence, la solution de financement la plus adaptée.

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

Un exemple de réglementation synonyme de changement d'équipements : l'obligation pour les commerçants de s'équiper d'un logiciel de caisse certifié.

Un changement de réglementation peut rendre inutilisable un équipement professionnel… et imposer à une entreprise de le changer. On parle, à propos de ce risque, de pression réglementaire. Pour faire face aux coûts qu’elle peut impliquer, mais aussi en tirer profit pour réaliser des gains de productivité, il convient de cerner les contours de ce phénomène et de l’anticiper.

La pression réglementaire, qu’est-ce que c’est ?

De multiples raisons peuvent pousser une entreprise à changer ses équipements. Il peut s’agir d’un choix volontaire, visant à gagner en efficacité ou à améliorer le bien-être des collaborateurs. Par exemple : changer les équipements médicaux d’un cabinet afin de s’en procurer de plus récents, bénéficiant de nouvelles technologies. Ou encore : remplacer les ordinateurs d’un bureau devenus obsolètes. Mais le renouvellement des biens d’entreprises peut également découler d’une décision des autorités, indépendante de la volonté de l’entreprise. C’est le cas lorsqu’un changement de réglementation rend des produits, jusqu’alors utilisés en entreprise, inexploitables.

La pression réglementaire doit être prise au sérieux par toute entreprise, puisqu’elle peut impliquer des frais de renouvellement de matériel.

Toutes les entreprises sont concernées

Quel que soit le secteur d’activité de l’entreprise, peut être affectée par ce phénomène. Car les changements de normes et autres mesures prises par la sphère publique, peuvent concerner des équipements parmi les plus communs dans le monde professionnel.

Par exemple : les équipements de télécommunication. Les autorités ont décidé de mettre un terme à l’exploitation du traditionnel réseau téléphonique cuivre, à l’horizon 2020. Cela a pour conséquence de forcer les entreprises à se débarrasser de leur standard téléphonique interne PABX, qui exploite le canal de communication historique cuivré. Elles ont pour possibilité de le remplacer par un standard IPBX (qui utilise le même réseau qu’Internet et les technologies de voix IP), de transformer leur standard par un autocommutateur de type IPBX, ou encore d’externaliser leur téléphonie sur des serveurs informatiques (Centrex IP).

Des changements réglementaires peuvent affecter, également, du matériel spécifique à un secteur précis. Comme celui des commerçants. Ainsi, depuis le 1er janvier 2018, ceux-ci ont dû se doter d’un logiciel de caisse certifié et sécurisé. Cette nouvelle obligation vise à lutter contre la dissimulation des recettes et la fraude à la TVA, à travers un logiciel qui sécurise et archive les données des caisses enregistreuses. Pour nombre de commerçants, l’acquisition de ce logiciel a impliqué un changement de caisses.

https://twitter.com/_Bercy_/status/1019510657312583681

La pression réglementaire : contrainte… et opportunité ?

La pression réglementaire ne doit pas être perçue, uniquement, comme une contrainte. En forçant l’entreprise à changer tel ou tel matériel, une nouvelle réglementation peut être l’occasion de gagner en productivité, ou de réduire certaines dépenses. S’ils poursuivent parfois des buts sécuritaires ou anti-fraude, les changements de normes peuvent aussi avoir une vocation écologique, synonyme de réduction de consommation d’énergie pour les entreprises ou de plus grande durabilité pour leurs équipements.

Cela s’observe dans le cas des ampoules électriques. En 2013, les ampoules à incandescence ont été interdites à la vente ; et, à l’automne 2018, celles halogènes doivent à leur tour être prohibées. Conséquence : les entreprises qui utilisaient ces types d’ampoules énergivores doivent les changer pour des équipements moins gourmands en énergie – en particulier, les ampoules LED. En d’autres termes, ce changement de réglementation pousse les professionnels qui ne l’ont pas encore fait à s’équiper d’un système d’éclairage moins archaïque, et donc à faire des économies sur la facture d’électricité. Cette problématique concerne également les particuliers et les collectivités publiques – EDF, d’ailleurs, encourage ces dernières à se convertir aux LED pour réaliser des économies d’énergie :

https://twitter.com/EDF_HDF/status/968078716466356229

De même, tout changement de réglementation qui impose d’acquérir du matériel informatique plus moderne, est à même d’améliorer la productivité des entreprises. Par exemple, la facture dématérialisée (électronique) est devenue obligatoire pour les grandes entreprises et entreprises de taille intermédiaire (250 à 5 000 salariés), et le sera pour les petites et moyennes entreprises (10 à 250 salariés) en 2019, et pour les très petites entreprises (moins de 10 salariés) en 2020. Une démarche expliquée dans une vidéo diffusée par l’Agence pour l’informatique financière de l’État :

Les PME et TPE sont ainsi incitées à s’équiper d’un matériel informatique en mesure – au minimum – de réaliser des factures électroniques. Matériel à même de les aider dans d’autres tâches, et qu’elles n’auraient peut-être pas acquis sans la pression réglementaire.

Bien anticiper la pression réglementaire

Si les renouvellements d’équipement dus aux changements de réglementation peuvent s’avérer bénéfiques pour les entreprises, il convient néanmoins de les anticiper, au vu du coût qu’ils représentent. Pour cela, aucune raison de s’inquiéter : les modifications de normes et interdictions sont généralement annoncées plusieurs années en avance par les autorités, avant leur mise en application. Pour se tenir au courant de tels changements, les entreprises peuvent consulter de temps en temps les sites gouvernementaux – du ministère de l’Économie, pour les normes d’entreprise, celui de l’Écologie, pour les normes écologiques… – ainsi que la presse spécialisée, économique ou d’entreprise. Celle-ci ne manque pas, d’ailleurs, de rappeler chaque 1er janvier quelles sont les nouvelles réglementations entrant en vigueur.

Une autre pratique à adopter pour accompagner de manière « indolore », financièrement parlant, les changements de réglementation, est la location. L’achat, en effet, n’est pas la seule option de financement pour les équipements – qu’il s’agisse du parc informatique et télécom, des systèmes de sécurité ou encore du matériel spécialisé (par exemple médical). Ils peuvent aussi être loués. Ainsi, lorsqu’il devient nécessaire de changer un produit, il suffit de ne pas renouveler le contrat de location à son terme, et de louer un autre bien. En achetant un équipement, à l’inverse, l’entreprise dépense une somme potentiellement lourde, quand bien même elle devra peut-être le changer quelques années plus tard en raison d’un changement réglementaire.

 

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

La location du matériel informatique : une solution intéressante... et responsable.

Dans tous les secteurs professionnels ou presque, le financement de matériel par la location gagne du terrain. Les équipements informatiques ne sont pas en reste.
Et pour cause : cette solution présente des avantages sur les plans économique, pratique, mais aussi écologique. La preuve par cinq.

  1. 1.  La location, c’est économique

Avant tout, la location de votre matériel informatique vous garantit de payer vos biens au juste prix, correspondant à l’usage exact que vous en faites. Lorsque vos produits ne vous sont plus utiles ou ne se trouvent plus dans un état satisfaisant, vous pouvez en effet les restituer, en fin de contrat de location. Vous ne risquez donc pas de les financer inutilement, comme cela serait le cas si vous les aviez achetés et deviez les jeter ou stocker après quelques mois.

  1. 2.  La location, c’est le bon équipement au bon moment

Investir dans les nouvelles technologies est essentiel, pour assurer la compétitivité et la dynamique commerciale de votre entreprise. Cela est vrai tout particulièrement pour le matériel informatique, les ordinateurs s’avérant dépassés après quelques années… L’option locative permet, justement, d’assurer une mise à jour technologique régulière de ce parc, tout en maîtrisant les budgets.  En louant, vous disposez des biens les plus récents, sans faire exploser vos dépenses pour les acquérir – vous n’avez qu’à payer un loyer, limité.

  1. 3.  La location, c’est une visibilité totale niveau budget

Pas de mauvaise surprise sur le plan budgétaire avec la location : les loyers sont fixes et stables, s’étalant sur une durée de location précise, connue dès la signature du contrat. En revanche, si vous achetez vos appareils informatiques – PC, tablettes, écrans, etc. –, vous pouvez faire face à d’importants frais imprévus, lorsqu’un produit vient à être obsolète et qu’il vous faut le changer. 

  1. 4.  La location, c’est pratique

Autre avantage que peut présenter la location sur l’acquisition du matériel informatique : délester vos équipes de nombreuses tâches et suivis fastidieux et chronophages. L’établissement financier ou l’organisme prêteur vers lequel vous vous tournez, peut en effet vous proposer une offre d’externalisation de la gestion opérationnelle et administrative de votre parc informatique. En d’autres termes : c’est lui qui s’occupera de la mise en place des ordinateurs, de l’installation des logiciels, de la configuration du matériel ou encore de sa maintenance technique. Pratique !

  1. 5.  La location, c’est écologique

Louer votre matériel informatique est plus responsable, écologiquement parlant, que l’acheter. Et ce, pour plusieurs raisons. D’une part, en louant vos équipements, comme vu plus haut, vous vous assurez de disposer d’un matériel toujours plus récent… et donc moins énergivore. Mais ce n’est pas tout : les produits que vous rendez en fin de location sont soit réintroduits dans le circuit économique, en étant de nouveau loués d’occasion, soit recyclés dans le respect des normes. Votre empreinte écologique est donc moindre qu’avec l’achat.

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

En recueillant et analysant les données de leurs utilisateurs, les objets connectés ouvrent la voie à une infinité d’offres de services, calibrées sur des besoins réels ou à venir.

Ce nouvel élan technologique peut permettre à votre entreprise de passer de la vente de produits à la vente d’offres de service liées à l’usage de biens. Explications.

L’Internet des objets, quel potentiel ?

Selon le cabinet international de conseil Bain, en 2020, les revenus annuels des fournisseurs d’IoT (Internet of Things) vendant du matériel, des logiciels et des solutions globales interconnectés pourraient dépasser 470 milliards de dollars. De quoi parle-t-on ? L’Internet des objets, ou IoT, renvoie à l’extension du réseau Internet à des objets du monde physique. En d’autres termes, il s’agit de l’utilisation croissante de produits connectés au web, dans la vie quotidienne (objets pour une maison intelligente, assistants de conduite, montres connectées…) comme dans le monde professionnel (assistants médicaux pour patients et médecins, par exemple).

Une offre client en pleine évolution

Ce développement bouleverse, dans de nombreux secteurs, la façon dont les entreprises abordent la relation avec leurs clients, ainsi que la nature des offres qu’elles leur proposent. L’essor des objets connectés permet en effet aux constructeurs ou éditeurs de collecter, stocker et analyser des données sur l’usage que leurs clients font de leurs équipements. Les constructeurs ou éditeurs sont ainsi encouragés à adapter leurs offres aux attentes précises des utilisateurs, déduites des données collectées par les produits connectés. In fine, ils sont amenés à vendre une offre de solutions, précisément adaptée au client, à la place ou en complément du bien lui-même. À l’inverse, le client peut profiter des outils de mesures fournis par le matériel connecté, pour formuler des demandes d’offres adéquates.

L’Internet des objets encourage ainsi clairement le développement de ce qu’on appelle l’économie de l’usage, ou économie de la fonctionnalité : une économie dans laquelle les entreprises vendent l’usage ou la performance d’usage d’un bien, plutôt que le bien lui-même. Producteur et client y trouvent leurs comptes : il devient plus intéressant pour le client de payer à leur juste coût les bienfaits qu’il tire de l’usage d’un objet, et pour l’entreprise plus aisé de vendre une offre spécialement conçue pour un utilisateur.

Le développement d’offres d’usage avec l’IoT : l’exemple de Schneider Electric

Déjà, des industriels explorent les nouvelles possibilités offertes par la connectivité des objets du quotidien. Et acceptent de modifier leurs habitudes. Exemple : en 2016, Schneider Electric, géant français des produits de gestion d’électricité, lance une plateforme pour le déploiement massif de solutions IoT, baptisée EcoStruxure. L’objectif : développer des équipements (éclairage, climatisation…) et des capteurs connectés à Internet dans les immeubles pour exploiter les données, mieux consommer au jour le jour, et surtout anticiper les besoins. Lancée depuis deux ans, EcoStruxure promet à terme d’améliorer les performances énergétiques d’un bâtiment de plus de moitié et réduire les coûts d’environ 30%. 

Les solutions IoT peuvent donc complètement s’inscrire dans une démarche de développement de l’économie de l’usage. Et ce n’est pas une simple tendance technologique mais bien un mouvement durable qui s’opère : d’après l’entreprise informatique Cisco, plus de 50 milliards de ces objets seront déployés dans le monde d’ici 2020.

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

Louer son parc informatique plutôt que l'acheter, c'est s'autoriser à le changer régulièrement

Entrepreneur, une de vos premières préoccupations est de garantir à vos collaborateurs un parc informatique efficace et moderne. Pour le financer, avez-vous pensé au leasing ou à la location ?

Cette solution de financement est tout particulièrement adaptée aux équipements de ce secteur, soumis à de perpétuelles mutations et à une rapide obsolescence. Acheter votre matériel hardware est, à l’inverse, une option beaucoup moins flexible, et par conséquent coûteuse. Explications.

Financer ses équipements informatiques : un enjeu pour toutes les entreprises

L’usage d’équipements informatiques ne se cantonne pas, évidemment, aux professionnels de ce secteur : aujourd’hui, toute entreprise a besoin d’exploiter un parc informatique plus ou moins vaste. Artisans et techniciens devant réaliser des factures et devis sur ordinateur, start-up utilisant des logiciels de communication… personne n’y échappe.

Or, cette nécessaire acquisition d’équipements informatiques, lors de la création d’une entreprise, peut représenter un coût conséquent. Aux postes fixes, dont le coût individuel se chiffre au moins à plusieurs centaines d’euros, s’ajoutent les périphériques divers – souris, claviers, casques… –, les infrastructures (serveurs, solutions de stockage…), éventuellement les ordinateurs portables et tablettes, selon les besoins de l’entreprise, ou encore le software (logiciels, progiciels applicatifs…). En plus de ces frais initiaux, il faut compter ceux des remplacements, dus à l’usure ou à la nécessité de s’adapter aux nouvelles avancées techniques.

Acheter puis racheter régulièrement son matériel informatique est peut-être la première solution de financement qui vous vient à l’esprit. Elle n’est pourtant pas la seule – et est loin d’être la plus évidente, au regard des avantages des autres options.

Pour financer son matériel informatique, l’achat n’est pas la seule solution 

Louer son parc informatique d’entreprise, c’est possible ; la pratique est d’ailleurs courante aujourd’hui.

Avec une location longue durée (LDD) ou location financière, vous disposez d’un bien pour une ou plusieurs années, contre le paiement d’un loyer mensuel fixe, précisé dans votre contrat. L’organisme prêteur reste propriétaire du produit, et au terme du contrat vous le restituez… puis, si vous le souhaitez, contractez une nouvelle fois un LDD. Avec la possibilité, à chaque fois, de louer un équipement neuf et donc éventuellement de changer de produit.

Autre solution : la location avec option d’achat (LOA). Son principe est simple : vous louez un produit pour une durée déterminée (généralement entre 2 et 6 ans). Puis, lorsque le contrat arrive à sa fin, vous avez la possibilité de rendre le bien, ou de l’acheter. Dans ce dernier cas, il vous faudra payer la différence entre la valeur du produit et les mensualités de loyer que vous avez réglées jusqu’alors (à celles-ci s’ajoute l’éventuel dépôt de garantie exigé en début de contrat.) Il s’agit donc d’une option hybride, à envisager dans le cas où vous hésitez entre l’achat et la location.

La location : des avantages entre flexibilité et prévisibilité

Comment fixer votre choix entre ces options de financement ? Ayez d’abord en tête les avantages généraux que présente la location d’équipements d’entreprise sur l’achat :

  • Louer permet de lisser les coûts : en choisissant l’achat de votre parc informatique, vous réalisez un important investissement de départ… qui risque de vous mettre en difficulté, si des frais tels que ceux de maintenance ou de remplacement viennent à survenir plus tôt que prévu. En louant, au contraire, vous ne payez d’entrée de jeu que le même loyer que vous aurez à régler chaque mois. Aucun coût brutal et inattendu ne vient mettre à mal vos finances, ni au début, ni en cours de location. Cette prévisibilité facilite, en outre, la gestion du budget de votre entreprise.
  • Avec la location, votre entreprise bénéficie d’une grande flexibilité : louer, en effet, ne vous engage qu’à conserver un produit pour un temps donné. En fin de contrat, si vous souhaitez ou êtes dans le besoin de changer d’équipement (et les raisons à cela peuvent être multiples), vous en avez l’entière possibilité.
Les laptops s'usent vite et sont rapidement dépassés sur le plan technologique.

Une solution de financement particulièrement adaptée au matériel informatique

Cette grande souplesse que représente la location est précieuse dans un secteur extrêmement exposé aux évolutions technologiques et aux nouvelles tendances comme l’informatique.

En effet, plus votre matériel est amené à être renouvelé fréquemment, plus la location apparaît comme une solution intéressante financièrement. Si vous devez remplacer un poste de travail après seulement deux ans, par exemple, il vous revient moins cher de le louer puis d’en louer un autre, plutôt que d’acheter deux produits neufs en un laps de temps court.

De nombreux autres motifs peuvent vous pousser à renouveler votre parc informatique :

  • L’accès à des appareils faisant tourner de nouveaux logiciels ou disposant de meilleures performances, afin de faciliter le travail de vos collaborateurs et gagner en productivité, ou d’ouvrir votre entreprise à de nouvelles perspectives.
  • La nécessité de remplacer du matériel obsolescent : les ordinateurs, et en particulier portables, ralentissent avec le temps.
  • Enfin, votre entreprise fait face, dans le domaine informatique, à une réelle tendance sociale dans le milieu professionnel : vos collaborateurs, et tout spécialement les plus jeunes, veulent travailler avec des outils modernes, adaptés aux dernières évolutions techniques. Disposer d’un parc high tech moderne, en d’autres termes, décuple vos chances d’attirer et conserver de jeunes talents.

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

Louer vos équipements d'éclairage vous autorise une mise à jour régulière de ceux-ci.

Professionnel, avez-vous pensé à louer votre système d’éclairage plutôt que l’acheter ? Cette option de financement des luminaires de vos locaux professionnels est non seulement possible, mais intéressante d’un point de vie écologique et financier. Explications.

Éclairage des locaux : un enjeu budgétaire, environnemental et de bien-être

L’éclairage représente 30% de la facture d’électricité des immeubles du secteur tertiaire* (les activités de services) : mieux vaut donc choisir intelligemment votre matériel d’éclairage pour votre entreprise.

Celui-ci comprend des produits tels que :

  • les panneaux lumineux, plats, encastrés ou accrochés au plafond,
  • les plafonniers (luminaires non-plats accrochés au plafond),
  • les lampadaires pour bureau, montés sur un haut support depuis le sol,
  • les lampes de bureau,
  • le système de pilotage de l’éclairage…

Outre le poids de l’éclairage sur le budget de votre entreprise, celui-ci joue un rôle discret mais central dans le bien-être de vos collaborateurs. La productivité de ces derniers sera d’autant plus importante que leur environnement de travail sera agréable et confortable, ce à quoi ne contribue pas une luminosité peu adéquate.

Bien choisir ses équipements d’éclairage est donc essentiel. Mais ce n’est pas tout : il convient également d’étudier la meilleure manière de les financer. Acheter votre matériel d’éclairage professionnel n’est pas la seule option qui s’offre à vous : vous pouvez également le louer.

Louer votre système d’éclairage : une solution économe en énergie… et en argent

L’achat des luminaires présente, par rapport à la location, une rigidité évidente : en les acquérant, vous vous condamnez à les conserver longtemps, à moins de multiplier les achats sur une courte période. Vous vous empêchez donc de les remplacer lorsque de nouveaux modèles moins gourmands en énergie investissent le marché. Une occasion manquée, donc, de réaliser des économies d’énergie…

En louant votre matériel d’éclairage, à l’inverse, vous vous laissez la possibilité d’en changer à chaque fin de contrat de location, sans que cela n’affecte sévèrement votre budget – puisque vous continuerez à payer un simple loyer mensuel. En d’autres termes : la location vous permet de disposer, toujours, du matériel le plus moderne, synonyme à la fois de facture énergétique moindre et d’impact environnemental réduit.

À noter : le renouvellement de votre système d’éclairage peut vous être imposé. Une donnée à prendre en compte avant d’acquérir de manière définitive vos luminaires. En effet, le domaine des énergies est, plus que tout autre, l’objet régulier de changements de réglementations officielles. Celles-ci peuvent vous imposer de mettre à jour vos produits énergivores ou polluants, dans une optique écologique. Ainsi, les ampoules à incandescence ont été interdites à la vente en 2013, tandis que les lampes halogènes doivent connaître le même sort à partir de l’automne 2018 – ce qui, en somme, pousse à s’équiper d’ampoules LED.

* source : BNP Paribas https://banqueentreprise.bnpparibas/fr/focus-entreprises/rse/rse-et-eclairage-en-entreprises

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

Financement du système de vidéosurveillance : la location, une solution intéressante

Face au besoin croissant de sécurité dans les locaux professionnels, difficile de se passer d’équipements de surveillance… À condition que ceux-ci n’entament pas trop durement le budget de l’entreprise.

Entre louer et acheter un système de vidéosurveillance, quelle solution financière s’avère la moins coûteuse ? La plus pratique ? Réponses.

La vidéosurveillance, une protection essentielle dans un contexte sécuritaire tendu

Toute entreprise en France doit prendre au sérieux le risque de cambriolage : en 2015, 150 000 vols de locaux professionnels ont été ainsi constatés (selon le magazine Capital). Outre les pertes matérielles et financières qu’il peut infliger, un cambriolage peut également ralentir votre activité (temps de rachat des équipements volés) et affecter, psychologiquement, vos collaborateurs.

La plus classique des installations de sécurité d’entreprise est la vidéosurveillance. Elle a à la fois un rôle de dissuasion (la vue de caméras de surveillance suffit parfois à décourager certains voleurs) et d’alerte (détecter la présence de cambrioleurs). Reste la question de son financement.

Louer : une solution financièrement plus sûre

Acheter votre système de vidéosurveillance n’est pas la seule solution de financement qui s’offre à vous : vous pouvez également le louer. Avec différents avantages à la clé par rapport à l’achat.

Acquérir un système de vidéosurveillance peut en effet revenir cher : le matériel se compose tout à la fois de caméras, de câblage, d’un système d’alarme, voire, si vous achetez un pack plus élargi, de capteurs (sons, incendie…). À ces frais d’équipements viendront s’ajouter ceux, a priori mensuels, de services auprès d’une entreprise de vidéosurveillance, qui veillera sur vos locaux via vos installations et pourra éventuellement intervenir en cas d’intrusion.

Un service tout en un

Premier avantage pratique de la location : l’abonnement mensuel d’une équipe de vidéosurveillance peut être couplé aux frais, également mensuels, de la location de l’équipement. Vous obtenez ainsi un matériel et un service associé (tout comme, par exemple, une box Internet).

Des coûts prévisibles et lissés sur l’année

L’option locative a de plus l’avantage de lisser les coûts : le budget de votre entreprise n’a pas à endurer un coût d’investissement initial potentiellement important. Le loyer mensuel des équipements que vous louez est le même chaque mois, et ce dès le premier mois.

La possibilité de changer plus facilement d’équipement

Si les coûts sont lissés avec la location, vous pouvez vous dire qu’avec l’achat, au moins, les dépenses s’avéreront inférieures sur le long terme. Mais bien des situations peuvent vous pousser à changer d’équipement :

  • Le déménagement de votre entreprise : celle-ci a rapidement gagné en ampleur, et il vous faut la transférer dans des locaux plus grands… et, donc, vous équiper d’un nouveau système de vidéosurveillance.
  • Vous réalisez, après un certain temps, que votre système de surveillance ne vous convient pas et qu’il en existe de plus adaptés sur le marché.
  • De récentes évolutions techniques ont fait émerger des équipements plus efficaces.

À souligner : les contrats d’achat mais aussi de location de système de vidéosurveillance prévoient généralement l’installation du matériel par un professionnel : votre fournisseur règle et paramètre vos équipements afin de garantir leur efficacité.

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !