- Études / Rapports

Observatoire du Véhicule Industriel (OVI) – Résultats 2015

Résultats 2015 de l’étude de l’Observatoire du Véhicule Industriel (OVI) sur les marchés du Véhicule Industriel et du Transport Routier de Marchandises

RÉSULTATS 2015

S’il subsiste encore des facteurs de fragilité et d’instabilité, la situation des marchés VI et du TRM s’améliore. L’amélioration du transport routier est qualitative et se traduit dans ce contexte d’après COP 21, par de nombreux projets autour du GNV. Elle est aussi une conséquence de la baisse significative et durable du prix du pétrole. Enfin, un possible rebond, même mesuré, du BTP, domaine d’activité essentiel pour l’emploi en France, s’avèrerait très encourageant pour l’année à venir.

Une soixantaine de camions utilisant le GNV étaient immatriculés en France, à la mi-2015. Dans ses premières actions et orientations 2016 – 2023, la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie propose de développer le secteur des véhicules propres en fixant des objectifs ambitieux de déploiement et de travailler à la valorisation du biogaz comme bioGNV pour atteindre 20% de bioGNV dans le GNV en 2023.

Pour la profession du transport routier, plusieurs indicateurs financiers sont très encourageants, par ailleurs l’activité en volume du secteur s’améliore de façon relative. C’est ainsi que le compte d’autrui se redresse alors que le transport pour compte propre poursuit sa progression. Le transport routier intérieur sous pavillon français se redresse également, mais ce rebond n’efface cependant pas la tendance baissière constatée ces dernières années et constitue uniquement un rattrapage du premier trimestre.

Les difficultés que traverse le secteur du BTP se sont confirmées en 2015. Si l’on perçoit les perspectives de renouveau du bâtiment, on espère dans l’immédiat une stabilisation concrète de l’activité TP dont profiteraient les secteurs connexes. Mais aucun élément concret ne permet de prouver cette direction favorable. Cela dit et en dépit d’une baisse moindre mais continue des permis de construire, le secteur de la construction connaît un léger rebond.

Le secteur des travaux publics devrait rester marqué par certaines pesanteurs structurelles (dotations budgétaires, réforme territoriale…) en dépit des différents plans de soutien aux infrastructures. Les perspectives d’activité s’améliorent selon les chefs d’entreprise avec un solde d’opinion qui dépasse leur moyenne de long terme pour la première fois depuis deux ans. Concernant le négoce de matériaux, on assiste à une stabilisation, voire un léger redressement entre les mois d’août et octobre 2015.

Les immatriculations VI repartent à la hausse en Europe, plus particulièrement grâce aux pays de l’Est qui retrouvent presque le nombre d’immatriculations enregistré en 2008, alors que les augmentations enregistrées dans les autres régions ne permettent pas de parler d’embellie significative des marchés. En France, la croissance du secteur, qui aura sans doute atteint les 41 000 unités à la fin 2015, est assurée par les tracteurs qui enregistrent un bond de 20% par rapport à 2014. Le marché des véhicules d’occasion reste stable avec un peu plus de 40 000 unités immatriculées.

Semi-remorques, VUL et véhicules frigorifiques connaissent tous trois de fortes croissances. A l’inverse, 2015 pour le VI carrossés, sera proche du résultat de 2014, à savoir une année faible, tout comme les véhicules destinés au BTP. C’est la première fois depuis le début du siècle que le nombre de VI benne restera au-dessous de 4 000 unités, voire très proche de 3 500.

La distribution s’est aujourd’hui adaptée à un niveau bas de marché loin des niveaux d’avant 2008 et des marges de manœuvre de plus en plus ténues. Les carnets de commande ont toutefois globalement progressé entre 2014 et 2015 (+5,5%). Le parc VI continue néanmoins de se rétracter tandis que la part des ventes de véhicules avec contrat de maintenance reste significative (plus d’un dossier sur 4). Les réseaux indépendants d’entretien et de pièces détachées continuent d’augmenter leur pression sur les distributeurs mais dans une moindre mesure. Les démarches pour améliorer l’environnement restent majoritairement centrées sur l’éco-conduite (74%). A l’instar du marché du neuf, l’occasion progresse globalement chez les distributeurs de VI (+5% environ).

Quelles perspectives pour 2016 ?

Les taux d’intérêt bas, la parité euro-dollar favorable et le pétrole au plus bas créent en théorie économique une bonne base de départ qui n’attend plus qu’une reprise de l’investissement des entreprises (investissements productifs et créations d’emplois) pour se traduire en une croissance significative. Les experts de l’OVI estiment que les ventes de tracteurs routiers se poursuivront en 2016 sur une tendance positive afin de favoriser un nouvel exercice en croissance. De même, la reprise du BTP sera indispensable au marché VI en termes de potentiel. Une amorce de reprise parait difficilement envisageable avant le second semestre, il faudra donc miser sur les besoins globaux de renouvellements pour un parc porteur forcément vieillissant au vue des niveaux de livraisons depuis 2009.

Pour 2016, les experts de l’Observatoire du Véhicule Industriel tablent sur 24 500 tracteurs (+3%) et 17 000 porteurs (+1%), soit 41 500 immatriculations (+1,5%).

Contact Presse