- Blog

Quand faut-il changer le matériel informatique de son entreprise ?

Votre entreprise bénéficie d’une flexibilité avec la location qu’elle n’a pas avec l’achat
Votre entreprise bénéficie d’une flexibilité avec la location qu’elle n’a pas avec l’achat

Dans tous les secteurs d’activité ou presque, l’informatique occupe aujourd’hui une place prépondérante dans la vie des entreprises. Se pose donc la question, pour chacune d’entre elles, du renouvellement de son matériel informatique : quand, et comment le changer ?

Philippe Jouglard, Responsable Analyse Stratégique et Projets au sein de la Business Unit Technology Solutions de BNP Paribas Leasing Solutions, et Natacha Desgranges, Responsable du développement des offres chez BNP Paribas Rental Solutions Technology (solutions de location et de gestion de parc), ont répondu à nos questions sur ce sujet.

 

Une entreprise doit-elle attendre que son matériel informatique soit défectueux pour le renouveler ? Si non, à quelles occasions doit-elle le changer ?

Philippe Jouglard : Attendre que le matériel informatique tombe en panne pour le remplacer est tout simplement impensable pour les entreprises aujourd’hui. C’était la façon de gérer l’informatique il y a vingt ans. Aujourd’hui, la pratique recommandée consiste à définir de grandes familles d’équipements et à fixer pour chacune d’entre elles des durées d’usage prévisionnelles. Ces durées seront variables selon la nature des équipements : 4-5 ans pour un serveur ou un système de stockage, 3-5 ans pour un poste de travail…

Natacha Desgranges : Il convient également de se caler sur la garantie constructeur des équipements, afin de minimiser les coûts de maintenance. Il faut aussi prendre en compte les refresh [mise à jour du parc informatique, NDLR] ayant pour but d’augmenter la sécurité informatique – les nouvelles technologies pour ordinateurs, en effet, intègrent de plus en plus d’éléments de sécurité.

 

Dans l’optique de renouveler régulièrement son matériel informatique, vaut-il mieux l’acheter ou le louer ?

Natacha Desgranges : Le point important de la location est sa dimension évolutive : avec la location, l’entreprise va bénéficier d’une flexibilité qu’elle n’a pas avec l’achat. Dans ce dernier cas, une fois que l’on a fait un gros investissement, il est toujours compliqué de revenir en arrière. La location, elle, offre le droit à l’erreur. De plus, si les usages évoluent très vite sur tout ou partie du parc informatique, la location permet de s’y adapter.

Philippe Jouglard : La location est l’assurance tous risques de l’entreprise vis-à-vis de son système d’information [son parc informatique, NDLR]. Prévoir ce que seront les besoins de l’entreprise dans les 3 ou 5 prochaines années est de plus en plus difficile : la conjoncture peut changer, la demande du marché peut évoluer, on peut décider de vendre une partie de ses activités… Or, la location permet de faire face à ces changements, de remettre à niveau à tout moment son système d’information, en fonction des besoins de son entreprise.

 

Mais dans le cas où votre entreprise n’utilise pas des logiciels très performants, faut-il tout de même renouveler son matériel informatique ?

Philippe Jouglard : Une entreprise qui utilise son matériel informatique uniquement pour du traitement de texte, ça n’existe plus. Prenez par un exemple un garagiste : il est obligé d’utiliser des logiciels fournis par les constructeurs, par ses grossistes, d’utiliser Internet pour rechercher et commander ses pièces détachées… Il est donc obligé d’avoir une machine moderne, sécurisée, de disposer d’une bonne connectique Internet…

Natacha Desgranges : On voit que tout a tendance à se dématérialiser ; que ce soit la gestion de la facturation, la base de données clients, les relations clients-fournisseurs… L’équipement informatique devient stratégique dans la façon de communiquer. Et cela touche tout le monde. Par ailleurs, un élément qui freinait auparavant les renouvellements d’ordinateurs dans les entreprises, c’était la lourdeur des transferts de données d’une machine à une autre. Aujourd’hui, on a des méthodes de déploiement qui permettent de préparer tout en amont, de faire ce qu’on appelle du « zero touch ».

 

Pour savoir s’il convient de changer son matériel, est-il pertinent de faire réaliser un audit par des professionnels ?

Philippe Jouglard : Cela se fait beaucoup. La technologie est beaucoup plus diverse et variée qu’avant. Donc, même si les entreprises sont de plus en plus averties, elles vont chercher du conseil.  

Natacha Desgranges : Il est à noter qu’avant, les entreprises réalisaient plutôt un audit tous les 3-4 ans ou à l’occasion du renouvellement. À présent, les audits deviennent de plus en plus dynamiques, plus restreints à certains périmètres que l’on veut faire évoluer, plus spécialisés.

 

Les changements de réglementations imposent-ils, parfois, de changer ses équipements informatiques ?

Philippe Jouglard : La pression réglementaire est beaucoup moins forte dans ce domaine que dans ce qui touche, par exemple, à l’éclairage ou à la réfrigération. Néanmoins, la pression peut s’exercer de manière indirecte : par exemple, l’obligation pour les entreprises de réaliser des factures dématérialisées via le portail Chorus pour la sphère publique. Plus directement : GDPR [règlement général sur la protection des données, NDLR], qui est une évolution réglementaire, impose des mises à jour de logiciels, qui donc vont impliquer des changements de serveurs, de postes de travail, etc.

 

Existe-t-il d’autres types de pression poussant, parfois, au changement de matériel informatique ?

Philippe Jouglard : Outre la pression réglementaire, il existe une pression « sociologique ». Les jeunes générations ont basculé dans une civilisation de l’usage. Son principe est le suivant : j’utilise le bon équipement, dont j’ai besoin, à un instant T. Or, cette génération est en train d’arriver aux manettes dans les entreprises et reproduit ses habitudes dans la vie professionnelle. Les entreprises se trouvent donc confrontées à des collaborateurs qui ne supportent pas les équipements obsolètes.

Natacha Desgranges : C’est en effet un point clé, aujourd’hui: pour acquérir des talents ou les conserver, il convient de leur offrir des outils en phase avec leurs besoins.

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

Contactez-nous

.