Nous sommes nombreux à ne pas posséder nos téléphones ou encore nos voitures ; nous les louons. Chaque mois, nous payons des frais d’abonnement et, en retour, avons accès à l’équipement pour une durée déterminée. Cela a du sens ! Compte tenu de la vitesse à laquelle évolue la technologie, si nous achetons un produit, ce dernier sera sans doute dépassé ou inefficace avant même d’avoir pu rentabiliser son achat.

Dans le secteur de véhicules utilitaires, par exemple, cette pratique est de plus en plus courante. L’activité agricole, elle, a traditionnellement favorisé l’achat des machines. Toutefois, les pressions exercées sur les marchés poussent les agriculteurs à chercher un avantage concurentiel. Pour cela, ils peuvent se tourner vers des machines innovantes mais pour lesquelles ils devront trouver un financement. C’est à ce moment-là que l’économie de l’abonnement peut les aider à financer leurs investissements.

Le marché agricole est saisonnier et les machines coûtent cher. Des facteurs tels que les cycles de remplacement de l’équipement, l’efficacité énergétique et les fluctuations saisonnières ont un impact important sur les budgets et les prévisions agricoles. Le financement en leasing est une solution de plus en plus populaire car il permet aux agriculteurs d’obtenir l’équipement dont ils ont besoin sans avoir à l’acheter.

CYCLES DE REMPLACEMENT

Les machines agricoles sont utilisées dans un environnement extérieur qui peut être difficile. Confrontés à l’usure des machines ou à leur obsolescence, les agriculteurs doivent faire faire à des dépenses dont ils préféreraient se passer.  Le leasing leur permet de ne plus avoir à acheter et revendre leurs équipements de façon régulière. Grâce à cette solution, ils pourront avoir accès à des équipements plus récent à un coût très bas, voire sans coût supplémentaire.

efficacité énergétique

Les normes actuelles exigent que les machines agricoles soient plus écologiques, utilisent moins d’énergie et émettent moins d’émissions polluantes. Le coût de production de tels équipements est plus élevé, ce qui a un impact sur le prix d’achat pour le consommateur final. Cette règlementation sera certainement amenée à se durcir dans les années à venir et le mise en conformité deviendra de plus en plus coûteuse pour les agriculteurs.

FLUCTUATIONS SAISONNIèRES

Une exploitation agricoles fonctionne selon les saisons : toutes les saisons n’apportent pas de revenu. Par exemple, dans le cas d’une exploitation spécialisée dans les cultures du sol, il est probable qu’elle tire le maximum de ses bénéfices au moment de la récolte. De nombreuses sociétés de financement d’équipements professionnelles s’adaptent à cette fluctuation des revenus. Les paiements mensuels peuvent être ajustés pour s’adapter aux flux de trésorerie, ce qui permet aux exploitants de mieux gérer leur budget.

Qui dit différentes saisons dit différentes machines. Là encore, peu d’exploitations utiliseront une moissonneuse au printemps. Les modèles basés sur l’abonnement permettent aux agriculteurs de louer l’équipement dont ils ont besoin lorsqu’ils en ont besoin.

L’ECONOMIE DE L’USAGE

Le financement par abonnement est une tendance qui peut impacter tous les acteurs du secteur agricole, que ce soit les agriculteurs, les fournisseurs, les entreprises d’agro-technologie et leurs investisseurs.

Il existe plusieurs solutions de financement et il s’agit pour eux de choisir celle qui sera la plus adaptée à leur activité. La plupart des contrats engagent à long-terme, pour 4 à 5 ans. Il faut donc déterminer si cette solution sera suffisamment souple. Il est important de comprendre les avantages et les coût liés à tout plan de financement et de choisir le plus adéquat pour son activité, afin de rester compétitif.

SHARE

We are #1 in Europe on the agriculture market

Depuis près de 70 ans, BNP Paribas Leasing Solutions aide les professionnels du secteur agricole des quatre coins de l’Europe à développer leur activité en leur proposant des solutions de financement et de location adaptées aux saisonnalités inhérentes à ce marché.

BNP Paribas Leasing Solutions, leader européen sur le financement agricole

L’Union Européenne est la première puissance agricole mondiale avec une production agricole estimée à 405 milliards d’euros selon le dernier rapport d’Eurostat. Ce secteur dynamique et porteur offre de nombreux débouchés commerciaux pour l’industrie du matériel agricole qui a progressé de 6,5 % en 2018. En travaillant en partenariat avec plus de 40% des acteurs agricoles au niveau international, nous contribuons directement au financement et à l’essor du marché agricole européen. Nous travaillons étroitement avec ces partenaires, principalement en marque blanche ou sous la forme d’une joint-venture, afin de promouvoir leurs marques.

Chaque jour, nous recevons pas moins de 400 demandes de financement pour des machines agricoles et chaque année, nous signons plus de 66 000 contrats de financement de matériel. Les deux tiers concernent des tracteurs mais nous finançons également d’autres types de machines, comme les moissonneuses-batteuses, les ensileuses, les machines à vendanger, les charriots télescopiques, les matériels de traite, les systèmes de guidage et de précision, et tous les matériels du sol tels que les charrues, les faucheuses et bien plus encore.

Infogram 3

Une profonde transformation du secteur agricole à accompagner

Infogram 1

Le secteur agricole s’inscrit pleinement dans la révolution numérique. L’une des tendances fortes qui marquera assurément les années à venir et qui a déjà commencé à transformer le quotidien des professionnels de l’agriculture, c’est l’utilisation de plus en plus massive des nouvelles technologies au sein des exploitations.

Dans cette nouvelle vision de l’exploitation, qui accorde une place de choix au digital, le recours aux nouvelles technologies permet un meilleur suivi, une meilleure anticipation des besoins, et une optimisation des matériels et ressources. En pratique, l’objectif est de mettre en place un ensemble de systèmes intelligents pour optimiser la production agricole. Aujourd’hui, presque tous les équipements agricoles sont dotés de telles technologies (GPS, capteurs, …) ou constituent eux-mêmes des équipements technologiques (robots, drones…).

En parallèle, nous nous engageons également dans la promotion de l’économie circulaire et de la transition énergétique, deux enjeux qui vont jouer un rôle majeur dans les années à venir, sur le marché agricole et au-delà. Un engagement qui prend la forme de nouveaux partenariats et de nouveaux types d’équipements financés (éclairage LED, tracteurs roulant au GNV, etc.).

Chez BNP Paribas Leasing Solutions, notre expertise concerne non seulement les machines agricoles mais également les équipements technologiques. C’est pourquoi, nous sommes à même d’accompagner au mieux les constructeurs et distributeurs d’équipements qui s’inscrivent dans cette tendance du Smartfarming, ou ferme intelligente.

L’expertise produits et service garantie par BNP Paribas Leasing Solutions

Nous apportons aux constructeurs et distributeurs d’équipements des solutions clés en main pour soutenir leur croissance. 

Notre offre comprend :

  • La mise en place d’une stratégie commerciale et marketing en partenariat avec le fabricant ;
  • Des solutions d’aide à la vente qui garantissent la reconnaissance de revenus tout en maîtrisant le poste client ;
  • Une large gamme de produits financiers et de services pour répondre aux besoins de leurs clients finaux : location avec ou sans option d’achat, location avec services, crédit, assurances… ;
  • De solutions de financement des stocks et des matériels de démonstration chez les concessionnaires ; 
  • Une gestion de la réglementation au niveau Européen ;
  • Un système informatique unique sur les principaux pays d’Europe de l’Ouest ;
  • Une gouvernance globale pour assurer une gestion homogène entre les pays

Notre organisation unique nous permet de déployer une offre globale et homogène au niveau international. 

Wheat Harvest --- Image by © Robert Della Piana/CORBIS

Pour un professionnel du secteur de l’agriculture, du BTP, des transports ou de la manutention, l’acquisition d’équipements logistiques représente un coût conséquent. Or, d’autres options que le crédit existent qui peuvent s’avérer plus avantageuses.

Financement d’équipements logistiques : le crédit n’est pas la seule option

Pour s’équiper d’appareils logistiques efficaces et en bon état, différentes options de financement s’offrent à vous ou à vos clients :

  • La location avec option d’achat ou crédit-bail : le professionnel paie un loyer mensuel qui lui permet d’accéder à l’équipement pendant une durée donnée. À la fin du contrat, le client a la possibilité de devenir propriétaire de l’équipement en levant l’option d’achat, c’est-à-dire en réglant le montant prévu au moment de la signature du contrat. Il peut aussi rendre l’équipement.
  • La location avec ou sans services : à la fin du contrat, le client peut restituer le bien, poursuivre la location ou souscrire un nouveau contrat pour un autre équipement. Le contrat peut inclure des services additionnels tels que l’entretien et la maintenance. Les solutions de location avec ou sans option d’achat permettent aux entreprises d’optimiser leur trésorerie en lissant les coûts sur plusieurs années.    

De plus, un accord de principe peut être accordé en quelques minutes, directement chez le concessionnaire.

Louer des engins roulants : un gage de flexibilité

Comparées au crédit, les options locatives bénéficient d’une grande souplesse d’utilisation.

Elles permettent aux professionnels de renouveler régulièrement leurs équipements logistiques, et donc de disposer toujours d’un matériel adapté aux dernières avancées technologiques. Pour les agriculteurs, par exemple, les tracteurs agricoles ont connu d’importants progrès techniques ces dernières années en matière de confort, de sécurité et d’aide à la conduite. Les nouveaux modèles incluent GPS et caméras embarquées (afin que le conducteur puisse voir derrière ou sur les côtés de l’engin). Avec un système d’autoguidage, l’agriculteur n’a plus besoin de tenir le volant et peut ainsi se concentrer sur le contrôle du système d’épandage, de semis ou de pulvérisation. Dans les années à venir, certains constructeurs entendent même mettre en vente des tracteurs autonomes sans chauffeur

Enfin, la location s’impose pour un business qui est amené à changer de taille. Ainsi, un agriculteur aura à changer ses tracteurs et engins logistiques à mesure que la taille de l’exploitation agricole augmentera afin qu’ils soient adaptés à l’évolution de ses besoins.

shutterstock_191050304

La location favorise la transition énergétique

En facilitant l’accès aux équipements les plus récents, l’option locative offre l’opportunité aux entreprises de bénéficier d’équipements plus performants, mais aussi plus écologiques. Les produits mis sur le marché se montrent en effet toujours plus respectueux à l’égard de l’environnement, notamment sous la pression du législateur. Exemple : une réglementation européenne impose depuis le 1er janvier 2019 aux véhicules non-routiers (tels que les tracteurs agricoles) d’une certaine puissance, de répondre à une nouvelle norme anti-pollution (la norme « Stage V »).

L’adoption d’équipements plus « verts » se montre parfois nécessaire pour mener à bien son activité. Les entreprises de logistique, par exemple, doivent composer avec les réglementations mises en place par les mairies, visant à restreindre voire interdire l’accès au centre-ville des camions les plus pollueurs.

Enfin, la location revêt, par son fonctionnement, une dimension plus écologique que l’achat à crédit. En effet, les équipements retournés en fin de contrat pourront être proposés d’occasion à d’autres exploitants.

C’est aussi un mode de financement adapté aux besoins des prestataires de services agricoles. Leurs contrats n’étant pas garantis sur des années, la location leur permet de mieux gérer leurs flottes d’engins agricoles.

Bénéficier de services liés aux équipements logistiques

Les options locatives peuvent également avoir comme avantage d’inclure des services adaptés à l’usage que le professionnel fait de son équipement. Il peut s’agir d’une assurance pour le bien, d’une extension de garantie, ou encore de l’entretien de l’appareil.

Le loyer d’un équipement logistique peut donc inclure, tout à la fois, l’accès à celui-ci et une gamme de services. Le professionnel n’a, dans ce cas, pas à se soucier de la souscription d’assurances auprès d’une autre société, ni de la maintenance de son bien : tout est pris en charge, contre le seul versement de la prime mensuelle du contrat de location.

Ce type d’avantage est crucial, notamment dans le domaine agricole : si une machine n’est pas opérationnelle au moment opportun, la perte de rendement peut être importante. Par exemple, l’ensileuse est utilisée à un niveau d’humidité particulier, et doit donc être en parfait état de fonctionnement lorsque l’occasion se présente. De même, dans le secteur du BTP, la panne d’une seule machine est capable d’interrompre la conduite du chantier et donc de décaler son planning.

shutterstock_573804679

La location : de plus en plus plébiscitée par les professionnels

L’option locative s’inscrit dans les pratiques actuelles d’« économie de l’usage », consistant à privilégier l’usage à la propriété.

Les jeunes, et notamment les jeunes agriculteurs, sont plus que leurs aînés désireux de payer l’usage spécifique d’un bien plutôt que le bien lui-même, tant par habitude générationnelle que par souci écologique. « L’économie de l’usage et l’économie circulaire sont au cœur de notre activité. Nous proposons aux entreprises des solutions de financement qui leur permettent de se développer de façon responsable et durable », relève Charlotte Dennery, administratrice directrice générale.

PARTAGER

Nous accompagnons la croissance de votre activité

Nos solutions de financement vous apportent la flexibilité dont votre entreprise a besoin pour rester compétitive et se développer de manière durable.
Contactez l’un de nos experts dès à présent !

Si l’automne est pour certains le temps des sanglots longs, il est également celui où la reprise de l’activité fait rage et où les budgets de l’année avec leurs lots d’investissements et d’objectifs se préparent… Si le leasing n’est pas concerné par les violons de l’automne, il est en revanche au cœur de la réflexion des exploitants viticoles qui doivent financer leurs outils de production toujours plus modernes, efficaces et respectueux de notre environnement. Du sécateur du vendangeur, à la bouteille de nouveau consignée en passant par les fûts, quand le raisin arrive à maturation, le leasing intervient dans toutes les phases de la récolte.

Un fût a plusieurs vies. D’abord destiné à charpenter des vins tanniques, il permet de donner une saveur boisée aux Bordeaux et Sauternes, et aide à conserver pendant des années de vieux Armagnac à millésimer… En fin de vie, le fût se réinvente et peut servir de plancher de bateau, de décoration de bars et même se transformer en skateboards. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » 

Cette utilisation multiple de la barrique incarne parfaitement l’économie de l’usage : faire payer le prix le plus juste possible à son utilisateur tout en trouvant une seconde ou des troisièmes vies au produit. Là où les crédits classiques s’arrêtent, le leasing prend le relais et finance l’économie réelle permettant à nos PME et ETI françaises de réelles économies de trésorerie. En plus du financement, la location offre une souplesse importante, celle de s’adapter aux conditions environnementales des derniers mois précédents la vendange permettant au vigneron de s’alléger ou de récupérer des barriques en fonction de la récolte.

Les barriques, dans des conditions autres que celles de la grande vadrouille, moins secouées et surtout à vide, parcourent le monde, vont de château en château, d’appellation en appellation, traversent les océans et les continents pour apporter une petite note subtile à des whisky écossais, à d’excellents portos de la vallée du Douro au Portugal, ou à de fameux bourbons produits aux USA dans le Kentucky ou l’Oregon. Ce voyage des barriques, rendu possible par la location, permet de faire également voyager nos papilles avec des alcools, plus qualitatifs et plus subtils… Vous en rêviez et ce fût fait !

L’automne est donc pour nos entreprises tout sauf une période de chute des feuilles de temps mais au contraire une effervescence digne des bulles d’un merveilleux champagne.

Dans un monde de plus en plus digital, l’agriculture ne fait pas exception et est aussi touchée par l’essor du numérique.

Découvrez notre infographie sur l’agriculture du futur !

L'agriculture digitale

PARTAGER

Suivez-nous sur Twitter