BNP Paribas Leasing Solutions veut davantage de femmes aux commandes

RSE Ressources Humaines

Dirigée par Charlotte Dennery, BNP Paribas Leasing Solutions, la filiale de la banque qui finance des équipements professionnels, a mis en oeuvre en mars dernier un programme de mentorat pour préparer les femmes à prendre du galon. Et elle renouvelle l’opération cette année.

Des pelleteuses, des moissonneuses-batteuses, des camions, des parcs informatiques, des machines d’imagerie médicale. .. Voici l’univers dans lequel évolue Charlotte Dennery, chief executive oflicer, depuis 2015, de BNP Paribas Leasing Solutions, l’une des filiales de l’établissement financier. « C’est peut-être un métier à prédominance masculine, mais il me passionne ! », savoure-telle. Par voie de conséquence, elle cherche à inciter davantage de femmes à la rejoindre. Non seulement elle prône la diversité sous toutes ses formes, mais elle considère que l’inclusion des femmes revêt des enjeux économiques plus grands que simplement les pousser à prendre des responsabilités. Les banques n’ont-elles pas à cultiver toutes les clientèles ? Ne doivent-elles pas, pour réussir, servir chacun des clients ou clientes selon ses besoins, que ce soit en termes de prêts, de financement d’entreprises, de gestion de patrimoine ?

La pérennité de certaines de leurs activités est peut-être à ce prix… Malgré ces évidences, les progrès sont lents. Ainsi, si le dernier rapport McKinsey (2019) note des progrès sur les cinq dernières années,les femmes étant, tous secteurs d’activité économique confondus, plus nombreuses à être nommées à des postes de leadership, « les entreprises doivent concentrer leurs efforts sur la constitution de viviers de talents féminins pour vraiment faire la différence », prévient le cabinet de conseil international.

UNE COHORTE DE 12 FEMMES

C’est ce qu’a décidé de faire BNP Paribas Leasing Solutions. Au delà de jouer les rôles modèles à la tête de cette filiale du groupe, Charlotte Dennery a choisi de constituer un comité de direction paritaire. Deux hommes et deux femmes. Puis, elle a noté que lorsque certains postes à responsabilité étaient ouverts, les hommes n’hésitaient pas à se porter candidats, «tandis qu’il fallait aller chercher les femmes ! » Si les femmes ont encore du mal à se projeter à des postes de leadership dans la finance, il faut donc les y encourager. .. D’où le lancement, en mars dernier, d’un programme de mentorat d’un an pour des femmes, appuyé par la DRH, en France comme à l’international. Une première cohorte de 12 femmes, en milieu de carrière, a été constituée et chaque membre du comité de direction générale a pris trois femmes sous son aile, qu’ il ou elle épaule à travers des discussions informelles, une fois par mois.

Le principe du mentorat n ’est pas du coaching, il n ’y a pas d’objectifs fixés, précise Charlotte Dennery. Ce que nous recherchons, c’est un changement d ’optique, qui vient grâce à des échanges sur la gestion de,carrière, l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle, des discussions – parfois intimes – sur leur histoire, leur parcours, leurs désirs. » Une façon aussi, pour les bénéficiaires du programme – les « mentees » – de se rapprocher de la direction générale et de mieux connaître le groupe BNP Paribas dans son ensemble. Et au bout d’un an, certaines des bénéficiaires ont effectivement pris des responsabilités plus larges au sein de l’institution. Pascale Favre, devenue directrice générale de laligne de métier Technologies Solutions, en est l’exemple parfait : «Je m’ étais déjà positionnée pour le poste de direction générale au moment où j ’ai intégré le programme de mentorat, dit-elle. Cela ne pouvait pas mieux tomber. » Non seulement elle est flattée d ’avoir été repérée comme haut potentiel, mais en plus, elle est contente de son mentor, Delphine Roché, qui appartient au comité de direction générale de la banque. «C’est plus facile de faire état de certains sentiments avec une femme, qui a pu également les ressentir, qu ’avec un homme », déclare ainsi Pascale Favre. Elle a pris ses nouvelles fonctions en juillet dernier et a continué à bénéficier du soutien de son mentor. Même après la fin du programme, les deux femmes conservent des liens et comptent poursuivre leurs échanges…

Une deuxième cohorte est en passe d’être constituée. « Cette fois-ci, nous laissons les hommes se porter candidats, même si nous pensons que les femmes vont être plus nombreuses à se manifester, les hommes considérant qu’ils ont moins besoin d’un tel appui. .. », parie Charlotte Dennery. Certes, le mentorat n’est qu’un outil pour favoriser l’égalité professionnelle entre hommes et femmes, mais il démontre la volonté de la direction générale BNP Paribas Leasing Solutions que les femmes soient représentées à tous les niveaux dans l’entreprise.

LYS ZOHIN